Prospect best opportunity to succeed
Restons En Contact :

Problématique de la décharge de Oued Laya/Naggar, Kalaa Sghira, gouvernorat de Sousse.

    Cette décharge a été construite en 2008. Sa superficie est d’environ 100 hectares. Elle se trouve au beau milieu milliers d’hectares de zones agricoles fertiles et d’oliviers. Depuis sa construction, cette décharge est la source majeure de nuisances de pour les résidents des zone avoisinantes.  Les impacts de la décharge sur la zone sont :



    • Les mauvaises odeurs se dégageant du casier de déchets et des bassins de lixiviats qui se font sentir dans un rayon de plus 3 km de la décharge. Ces nuisances touchent essentiellement les résidents d’Oued Laya et Naggar, population de plus de 3 000 personnes.
    • Il y a une mauvaise gestion des lixiviats dans la décharge ce qui a eu comme effet que des quantités énormes ont infiltré le sous-sol et contaminé la nappe d’eau dans la région dans un rayon d’environ 1 km. Ceci a eu comme résultat qu’une dizaine de puits ont été contaminés par des lixiviats. Les analyses de laboratoire indiquent des taux de nitrates élevés, ce qui indique que cette contamination forcément due aux lixiviats. Les représentants du gouvernement insistent comme-même que la source de contamination n’est pas la décharge déchets malgré qu’il n’y a aucune unité industrielle dans un la région.
    • Ceci eu comme résultat que plusieurs puits dans la région ont été condamnés par le ministère de l’agriculture et le ministère de la santé puisque les concentration en nitrates ont dépassé toutes les limites tolérables. Vu que ces zones sont éloignées et que les agriculteurs de la région n’ont pas d’eau potable. Comme conséquence de la contamination des eaux, plusieurs familles n’ont ni de l’eau potable à boire, ni pour donner à boire à leurs animaux, ni pour irriguer leurs champs. Selon nos estimations, la nappe d’eau est contaminée dans un rayon d’environ 1 km en aval de la décharge.
    • Des maladies de la peau ont apparu au sein des enfants de la population locale. Pour le moment, elles consistent essentiellement en des lésions de grattages. Il n’est pas encore clair si ces maladies peuvent se développer pour devenir plus graves.
    • Des moutons et des brebis dans la zone immédiate de la décharge montrent des signes de maladies qui se caractérisent par l’apparition de liquide muqueux autour de la bouche est les narines. Il n’est pas clair si cette maladie est liée aux activités de la décharge de déchets. Nous allons faire les analyses nécessaires pour examiner ce lien de causalité.
    • Depuis la révolution du 17 décembre 2010/14 janvier 2011, les résidents d’Oued Laya/Naggar ont multiplié les sit-ins pour réclamer des améliorations à la décharge. Plusieurs réunions ont eu lieu avec les représentants locaux du gouvernorat de Sousse (délégué, gouverneur, …) et du ministère de l’environnement. Un protocole d’accord a été signé. Il comprend des détails spécifiques sur les améliorations à entreprendre au sein de la décharge, qui sont essentiellement:



    • La minimisation de la surface du front ouvert.
    • La mise en place d’une meilleure stratégie de gestion des déchets
    • La mise en place d’une meilleure stratégie de gestion des lixiviats
    • La couverture des bassins de lixiviats
    • Malheureusement, rien n’a été réalisé sur terrain. Pire encore, aucune réunion n’a eu lieu depuis le mois d’octobre 2012.
      Toutes les demandes d’éclaircissements sur les travaux d’amélioration sont restés lettre morte.
      Nos demandes sont par conséquent les suivantes :

    • Nous demandons une réunion avec les responsables du ministère de l’environnement dans les plus brefs délais.
    • La mise à jour du plan d’action qui a été déjà proposé et l’accélération des travaux d’amélioration de l’état de la décharge
    • La mise en place d’un plan d’action de grande envergure pour la mise à niveau de la décharge pour qu’elle soit conforme aux normes internationales en vigueur
    • La mise en place d’une nouvelle stratégie de gestion des déchets qui permettra de minimiser la quantité de déchets acheminés vers la décharge.